• Taille du texte
  • Contraste

Les défis considérables de la ville durable

Plus de la moitié de la population mondiale vit aujourd’hui en milieu urbain. Les villes sont le lieu principal de consommation d’énergie sur la planète (75 % de l’énergie produite) et elles sont à l’origine de 80 % des émissions de gaz à effet de serre. Confrontées à l’urgence climatique, de plus en plus de villes font évoluer leur politique urbaine afin d’y intégrer la notion de développement durable dans chacune de ses dimensions : environnementale, économique et sociale.

Les défis considérables de la ville durable

Qu’est-ce qu’une ville durable ?

Une ville durable est une unité urbaine qui développe simultanément un projet environnemental, économique et social (les trois piliers du développement durable). L'urbanisme durable s'inscrit donc dans une démarche de projets. Il s'agit de penser la ville autrement, de créer un nouveau modèle d'aménagement et de développement urbain, mais également d'inventer d'autres façons d'habiter, de se déplacer, de consommer… Dans les pays industrialisés, les actions en ce sens sont le plus souvent développées à l’échelle des quartiers (les écoquartiers). Cette nouvelle urbanisation repose sur la priorité donnée à plusieurs objectifs qui sont la traduction concrète de la démarche de développement durable. 

 

Quels sont les différents objectifs d’une ville durable ?

 

?  Atteindre la neutralité carbone

Cela passe par la mise en place de mesures d’efficacité énergétique dans les bâtiments et infrastructures mais également par l’approvisionnement en énergies renouvelables. Des alternatives aux sources d'énergie fossile existent comme la production d’énergie solaire par des panneaux photovoltaïques.

 

Baisser significativement les émissions liées aux transports (mobilité verte)

L’objectif est de rendre la ville plus compacte afin d’utiliser moins de ressources. La baisse des émissions liées aux transports passe par des investissements dans des infrastructures et systèmes de transports collectifs non polluants ainsi que par une « neutralisation » des émissions de carbone dues aux voyages routiers inévitables. Sans oublier les incitations à utiliser des moyens de déplacement individuels non polluants et/ou non motorisés.

 

Construire un nouvel habitat

L’objectif est d’utiliser au maximum des matières premières et matériaux de construction recyclés et recyclables, produits localement et récupérateurs d'énergie (voir notre article sur l’architecture durable).

 

? Revoir la gestion de nos déchets pour atteindre le zéro déchets

Atteindre le zéro déchets peut passer par trois types d’actions :

  • la réutilisation, le recyclage ou le compostage de l’essentiel des déchets ;
  • la réduction à la source de la production de déchets via l’éco-conception ;
  • la revalorisation énergétique des déchets.

 

? Promouvoir une alimentation en produits locaux

Cette démarche est mise en œuvre en produisant au maximum à l'intérieur même de la ville grâce au développement de l'agriculture urbaine et en se fournissant à proximité de la ville afin de réduire le trajet des produits alimentaires.

 

? Développer les espaces de nature dans la ville

L’objectif est de maintenir, créer et valoriser les espaces naturels ainsi que les espèces qu’ils abritent (par exemple, par la transformation des friches industrielles en centre-ville).

 

Favoriser la mixité sociale et assurer une équité d’accès aux services essentiels

Une ville durable ne saurait se limiter à un projet écologique. Elle doit intégrer une dimension sociale avec, pour objectif, la réduction des inégalités socio-spatiales.

 

Copenhague, bonne élève des villes durables en Europe

Copenhague est un exemple de ville durable parmi les plus avancés en Europe. La ville s’est fixée des objectifs ambitieux : atteindre, d’ici 2025, un bilan carbone neutre, un parc automobile 100 % non polluant et 75 % de déplacements piétons, à vélo ou en transports en commun. Ces objectifs sont portés par une volonté citoyenne de transition écologique très forte et une mobilité verte bien ancrée dans les comportements. La maîtrise de l’énergie est d’ores et déjà au cœur des objectifs de la ville : 400 km de pistes cyclables, vaste projet de rénovation énergétique, développement de l’éolien offshore, etc…

 

Et en France ?

En France, la transition vers un aménagement urbain durable a été lancée par l’État il y a 10 ans, suite à la loi Grenelle 2, dans le cadre du Plan Ville durable qui a conduit notamment au processus de labellisation des écoquartiers. Récemment, le Gouvernement a présenté une nouvelle feuille de route en faveur d'une ville plus durable. Objectif : viser la neutralité carbone des villes d'ici 2050. Parmi les mesures de ce plan figurent le lancement d'une association « France Ville durable » qui fédère les différents acteurs de la ville durable (collectivités territoriales, entreprises, État, établissements publics, associations) et le lancement d'une expérimentation de quartiers à énergie positive et à faible impact carbone. L’objectif est de généraliser l'approche ville durable dans tous les territoires.

Les défis du déploiement de villes durables en France

Concilier urgence climatique et démocratie locale est l’un des défis de la ville durable à la française. L’instauration d’une concertation en amont entre les différentes parties prenantes est un prérequis indispensable pour le développement réussi d’une ville durable. Lorsque ce n’est pas le cas, le projet n’atteint pas ses objectifs car le quartier nouvellement construit, inadapté, n'attire pas les habitants et les entreprises. Ou encore, même si ceux-ci s'y installent, la zone nouvellement construite manque d'une réelle vie de quartier faute de loisirs facilement accessibles sur place.

Par ailleurs, l'apprentissage des comportements éco-responsables par les habitants de la ville demeure un enjeu clef pour une réelle maîtrise des ressources. L'urbanisme doit être un moyen d'appropriation de modes de vie plus durables. Or récemment, la crise sanitaire a fait émerger une demande forte pour des logements suffisamment grands, avec un espace extérieur accessible et si possible végétalisé, ce qui va à l’encontre de l'habitat collectif dense et la recherche d'un aménagement bas carbone…

 

Sources : WWF ; France Ville Durable ; banquedesterritoires.fr ; smart-city.eco

 

 

Découvrez nos articles pour comprendre comment la ville durable peut concilier urbanisation et développement durable.  

Dans la même chaîne thématique